Tout est changement

« Très souvent, un changement de soi est plus nécessaire qu’un changement de situation. » – Benson

J’aime beaucoup cette citation car elle parait évidente de prime abord voire banal, sans en soupçonner la profondeur. Encore une fois la réalité objective nous aide à prendre du recul sur ce qui nous arrive, ou plus généralement, à prendre des décisions, mais on incrimine souvent son entourage et les évènements sans se remettre en cause. Et si le « problème » venait de soi ? Et si la solution était de « changer » ?

Changer en quoi? Comment? Tout cela est difficile lorsqu’on le fait seul. La sophrologie peut vous accompagner sur ce parcours, changement de soi, changement de vie.

La sophrologie, c’est juste gesticuler les bras, non ?

Alors précisons un peu, il existe deux types d’exercices, les relaxations dynamiques et les relaxations statiques. Si on ne considère que la sophrologie c’est faire des gestes alors on ne parle qu’une partie de la séance, mais venons en aux faits.

L’étape durant laquelle on s’active est la relaxation dynamique, ce sont des gestes doux et lents associés à une respiration contrôlée. Vu de l’extérieur cela paraît simpliste voire dérisoire vis à vis de son objectif posé, mais en réalité ce n’est pas QUE ça, loin de là. En effet, gesticuler n’est pas l’essentiel dans l’exercice, l’important réside dans ce qu’on y projette, dans ce que l’on y met et dans la façon dont on le vit. Par exemple, le mouvement des éventails durant lequel on agite les mains devant soi en les ramenant vers soi, il faut également y mettre une intention comme celle d’effacer un souvenir, ou bien effacer les mots écrits sur un tableau (remplir l’exercice est le travail du sophrologue). Il faut faire cet effort d’imagination pour que ses mouvements portent une autre dimension à ce que l’on vit. Il ne suffit pas de bouger ses mains et attendre que cela fasse effet comme un médicament. Il faut vivre ce moment comme si c’était la 1ere fois que nous le faisons. Réaliser ses gestes en pleine conscience pour qu’ils portent un nouveau sens et la difficulté est là car cela demande de l’entrainement pour le vivre à fond.

C’est dans cet état d’esprit qu’il faut être pour réaliser correctement les exercices de relaxation dynamique mais ce n’est pas tout, ensuite il faut savoir s’écouter. Je m’explique, à la suite de l’enchaînement des mouvements arrivent le moment où on accueille ses ressentis et encore une fois c’est facile de le dire, c’est tout autre chose de le faire. Accueillir ce que l’on ressent, sans jugement, sans analyse, en se libérant de ses idées parasites, ce n’est pas une chose naturelle. Ressentir la moindre sensation corporelle, physique et la répétition des mouvements avec leur intention peut aboutir à de nouvelles sensations, on découvre de nouvelles pièces du puzzle, celles qui nous manquaient pour laisser émerger une prise de conscience de quelque chose de nouveau. 

Le sophrologue est l’architecte qui construit les étapes par lesquelles vous devez passer pour accéder à votre objectif. Il structure la séances en arrangeant l’ordre des exercices, en leur donnant une intention et vous guide afin de les vivre en conscience et vous guide vers votre résultat.. 

Finalement en sophrologie on passe son temps vue de l’extérieur à gesticuler ou à ne pas bouger, mais ce n’est qu’une partie de l’iceberg.

Cela demande une profonde concentration, un contact à soi, cela permet une multitude de connexions dans notre cerveau, c’est parfois vécu comme un vrai chamboulement pour arriver à l’équilibre recherché. Et comme je le dis dans le sous titre de mon site “Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore”.