Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-includes/formatting.php:5740) in /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-content/themes/radiate/content.php on line 7

La sophrologie, c’est juste gesticuler les bras, non ?

Alors précisons un peu, il existe deux types d’exercices, les relaxations dynamiques et les relaxations statiques. Si on ne considère que la sophrologie c’est faire des gestes alors on ne parle qu’une partie de la séance, mais venons en aux faits.

L’étape durant laquelle on s’active est la relaxation dynamique, ce sont des gestes doux et lents associés à une respiration contrôlée. Vu de l’extérieur cela paraît simpliste voire dérisoire vis à vis de son objectif posé, mais en réalité ce n’est pas QUE ça, loin de là. En effet, gesticuler n’est pas l’essentiel dans l’exercice, l’important réside dans ce qu’on y projette, dans ce que l’on y met et dans la façon dont on le vit. Par exemple, le mouvement des éventails durant lequel on agite les mains devant soi en les ramenant vers soi, il faut également y mettre une intention comme celle d’effacer un souvenir, ou bien effacer les mots écrits sur un tableau (remplir l’exercice est le travail du sophrologue). Il faut faire cet effort d’imagination pour que ses mouvements portent une autre dimension à ce que l’on vit. Il ne suffit pas de bouger ses mains et attendre que cela fasse effet comme un médicament. Il faut vivre ce moment comme si c’était la 1ere fois que nous le faisons. Réaliser ses gestes en pleine conscience pour qu’ils portent un nouveau sens et la difficulté est là car cela demande de l’entrainement pour le vivre à fond.

C’est dans cet état d’esprit qu’il faut être pour réaliser correctement les exercices de relaxation dynamique mais ce n’est pas tout, ensuite il faut savoir s’écouter. Je m’explique, à la suite de l’enchaînement des mouvements arrivent le moment où on accueille ses ressentis et encore une fois c’est facile de le dire, c’est tout autre chose de le faire. Accueillir ce que l’on ressent, sans jugement, sans analyse, en se libérant de ses idées parasites, ce n’est pas une chose naturelle. Ressentir la moindre sensation corporelle, physique et la répétition des mouvements avec leur intention peut aboutir à de nouvelles sensations, on découvre de nouvelles pièces du puzzle, celles qui nous manquaient pour laisser émerger une prise de conscience de quelque chose de nouveau. 

Le sophrologue est l’architecte qui construit les étapes par lesquelles vous devez passer pour accéder à votre objectif. Il structure la séances en arrangeant l’ordre des exercices, en leur donnant une intention et vous guide afin de les vivre en conscience et vous guide vers votre résultat.. 

Finalement en sophrologie on passe son temps vue de l’extérieur à gesticuler ou à ne pas bouger, mais ce n’est qu’une partie de l’iceberg.

Cela demande une profonde concentration, un contact à soi, cela permet une multitude de connexions dans notre cerveau, c’est parfois vécu comme un vrai chamboulement pour arriver à l’équilibre recherché. Et comme je le dis dans le sous titre de mon site “Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore”.


Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-includes/formatting.php:5740) in /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-content/themes/radiate/content.php on line 7

Le stress, mal du siècle ?

Depuis longtemps nos sociétés modernes constatent l’effet du stress sur la santé. Alors que le stress est une réponse naturelle de notre organisme face à des situations malheureuses (séparation, décès, pertes d’emploi) ou heureuses ( mariage, naissance..) notre psyché possède les outils pour y faire face car ces situations restent ponctuelles.

Or le stress, ce fléau de notre monde toujours axé sur le culte de la performance, de la compétition, de la perfection, s’infiltre dans notre quotidien. On se dit que ca ira mieux demain, que la semaine prochaine sera plus clémente. On essaie de la gérer comme une tempête passagère sans se rendre compte que cela devient un élément naturel de notre vie. 

impact du stress

Et alors que nous sommes désormais confrontés quotidiennement à des sources de stress, aussi bien dans notre travail (la compétitivité, la rentabilité..), que dans notre vie personnelle car nous nous infligeons une perfection dans tout ce que l’on fait (hobbies, obligations quotidiennes, vie de couple…), nous n’arrivons plus à voir les choses positives qui nous entoures au présent. Nous n’arrivons plus à envisager un avenir positif, le seul qui vient à nous est alors sombre et anxiogène. On perd foi en l’avenir, on rumine les thématiques de réchauffement climatique, de pandémie,d’effondrement… et on se met à stresser pour des événements qui n’ont pas encore lieu. L’éco Anxiété, le futur mal de la nouvelle génération ?

Tout ce stress se manifeste de différentes façons (troubles du sommeil ou digestif, tension musculaire, burnout, irritabilité, dépression, perte d’estime de soi… ). C’est une notion tellement admise par tout le monde qu’on la retrouve dans une expression “se faire des cheveux blancs”. Pour les plus septiques d’entre-vous des études récentes expliquent comment le stress influence l’expression de nos gènes.

Il se manifeste au bureau, à la maison, dans nos relations avec les autres. Le stress que nous vivons affecte également notre entourage et il est grand temps de nous y attarder pour le bien de notre société, et le nôtre. 

Le stress n’est pas une fatalité, en effet la sophrologie permet de retrouver une réalité objective sur ce qui nous entoure et sur soi-même. Elle permet de reprendre contact en nos ressources pour faire face à ces situations stressantes, mieux les gérer et diminuer significativement leurs impacts.