Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-includes/formatting.php:5740) in /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-content/themes/radiate/content.php on line 7

Le stress, mal du siècle ?

Depuis longtemps nos sociétés modernes constatent l’effet du stress sur la santé. Alors que le stress est une réponse naturelle de notre organisme face à des situations malheureuses (séparation, décès, pertes d’emploi) ou heureuses ( mariage, naissance..) notre psyché possède les outils pour y faire face car ces situations restent ponctuelles.

Or le stress, ce fléau de notre monde toujours axé sur le culte de la performance, de la compétition, de la perfection, s’infiltre dans notre quotidien. On se dit que ca ira mieux demain, que la semaine prochaine sera plus clémente. On essaie de la gérer comme une tempête passagère sans se rendre compte que cela devient un élément naturel de notre vie. 

impact du stress

Et alors que nous sommes désormais confrontés quotidiennement à des sources de stress, aussi bien dans notre travail (la compétitivité, la rentabilité..), que dans notre vie personnelle car nous nous infligeons une perfection dans tout ce que l’on fait (hobbies, obligations quotidiennes, vie de couple…), nous n’arrivons plus à voir les choses positives qui nous entoures au présent. Nous n’arrivons plus à envisager un avenir positif, le seul qui vient à nous est alors sombre et anxiogène. On perd foi en l’avenir, on rumine les thématiques de réchauffement climatique, de pandémie,d’effondrement… et on se met à stresser pour des événements qui n’ont pas encore lieu. L’éco Anxiété, le futur mal de la nouvelle génération ?

Tout ce stress se manifeste de différentes façons (troubles du sommeil ou digestif, tension musculaire, burnout, irritabilité, dépression, perte d’estime de soi… ). C’est une notion tellement admise par tout le monde qu’on la retrouve dans une expression “se faire des cheveux blancs”. Pour les plus septiques d’entre-vous des études récentes expliquent comment le stress influence l’expression de nos gènes.

Il se manifeste au bureau, à la maison, dans nos relations avec les autres. Le stress que nous vivons affecte également notre entourage et il est grand temps de nous y attarder pour le bien de notre société, et le nôtre. 

Le stress n’est pas une fatalité, en effet la sophrologie permet de retrouver une réalité objective sur ce qui nous entoure et sur soi-même. Elle permet de reprendre contact en nos ressources pour faire face à ces situations stressantes, mieux les gérer et diminuer significativement leurs impacts.


Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-includes/formatting.php:5740) in /home/users3/s/sigmedic/www/sitepro/Blog/wp-content/themes/radiate/content.php on line 7

Réalité objective

Il existe 4 grands principes fondamentaux en sophrologie, aujourd’hui je vais vous parler celui de la réalité objective. On retrouve cette notion dans d’autres thérapies ou des méthodes de développement personnel ou encore dans le bouddhisme. Il consiste à être le plus neutre par rapport à soi évidemment mais également aux autres et à son environnement. J’entends par là de ne pas porter de jugements de valeurs, mais simplement d’accueillir les choses telles qu’elles sont, sans étiquette ni critique ou analyse. On peut le dire de cette façon simple, « Prendre du recul », et pourtant si difficile à appliquer au quotidien.

Revenons un peu en arrière pour illustrer mes propos.

Depuis notre naissance nous apprenons sans cesse des expériences de vie, les différentes textures, l’équilibre, la marche, les expressions des visages de nos parents, de nos proches, mais également en grandissant de leurs valeurs. Ce bagage inconscient d’expérience s’alourdit avec l’éducation familiale et sociétale, puis la culture de notre région, de notre pays, les religions et les croyances. Tout ce que nous expérimentons et vivons sont encadrés et conditionnés par ce package héréditaire et géographique. Puis par la suite, ce sont nos expériences personnelles qui, inconsciemment, vont nous induire dans nos choix, ne trouvez-vous pas des similarités avec vos relations amicales ?

A l’inverse, parfois ces expériences négatives nous poussent à faire des choix afin d’éviter de retourner vers un souvenir douloureux, mais n’y avait-il pas là un amalgame avec votre passé et le présent ? Dans le lire Les accords Toltèques, cette notion est nommée les filtres et je trouve que c’est une analogie qui fonctionne bien. A chaque instant, nous voyons et vivons à travers de filtre qui nous empêche de voir les choses telles qu’elles sont. Il devient alors difficile de prendre du recul lorsque depuis tout petit, on nous a appris une façon d’aborder les choses. Mais alors comment faire pour prendre du recul sur les problèmes qui nous envahissent, comment faire pour abaisser ces voiles?

En sophrologie, et particulièrement durant une sophronisation, nous abaissons notre état de conscience pour arriver dans un état entre l’éveil et le sommeil (en hypnose on plonge encore un peu plus profond). A ce stade les voiles disparaissent, et nous pouvons dé-focaliser sur les aspects négatifs de notre vie afin de mieux appréhender les aspects positifs. C’est un peu comme si le souci principal s’érigeait comme l’arbre qui cache la forêt, dès que nous changeons notre point de vue (comme en faisant le tour de l’arbre), nous pouvons voir tout ce qui ne nous apparaissait pas auparavant. Cette mise à distance de nos soucis permet d’agrandir notre vision de nos problèmes, on arrive à changer de point de vue. Cette nouvelle objectivité nous permet d’envisager de nouvelles solutions, de dépasser certains blocages. Lorsque nous avons conscience que notre vision est sans cesse tronquée, alors le principe de réalité objective permet de réaliser que nos décisions ne sont pas motivées par notre raison mais par nos peurs, nos envies, nos émotions, et ce malgré tous les arguments mensongers que nous sommes capables de nous dire.

En bref on peut dire que ce principe nous propose de nous détacher de nos émotions pour analyser les circonstances et les paramètres de façon objective. et raisonnée afin de mieux avancer dans notre vie.