emotions

Pourquoi il faut exprimer ses émotions

Pour commencer l’expression des émotions n’est pas une question de genre. Les hommes expriment leurs émotions comme les femmes. Ou du moins messieurs, nous devrions le faire plus souvent, car oui il y a une grande différence. Les femmes s’expriment plus que les hommes, mais pourquoi une telle différence ?

Il y a plein de facteurs, entre biais cognitif, influence familiale, professionnel et social. Les hommes parlent peu, ou pas assez diront leurs conjoint(e)s !

Parce qu’ils ne savent pas le faire ou par peur de l’image qu’il enverrait (ce n’est rien pleure pas, ne fais pas ta fragile ! T’es hommes ou non ?).

Les choses commencent à changer, lentement, mais l’intérêt est là. Des podcasts ou des chaines YouTube dont le thème est la masculinité, laisses la place de plus en plus à l’expression. Et les audiences comme la chaine Ben Névert qui dépasse le million de vues montre un vrai engagement sur cette thématique.

Alors pourquoi c’est important d’exprimer ses émotions ? Eh bien pour les comprendre tout simplement. Et par ricochet, nos émotions nous permet de comprendre nos besoins. Satisfaire nos besoins psychologiques contribue à nous rendre plus heureux et à éviter les problèmes de santé mentale (consommation de drogues…) lorsqu’ils ne sont pas satisfait.

Un besoin psychologique

L’expression émotionnelle contribue à renforcer les comportements relationnels qui facilitent les relations sociales. Informer l’autre sur notre état intérieur, nos attentes vis-à-vis de la relation. Cela permet de mieux réguler nos émotions en les considérant comme un messager utile plutôt qu’un ennemi contre lequel lutter. Et pour finir, exprimer nos émotions permet de mieux intégrer nos évènements dans notre vie.

Exprimer nos émotions contribue à améliorer notre santé physique, mentale et sociale.

Quant les exprimer ?

Il est évident que selon les émotions, les exprimer sur le moment, n’est jamais bon. La colère par exemple se transmet souvent avec de l’agressivité qui pourrait plus nuire qu’autre chose. Bref sans attendre la goutte de trop qui fait déborder le vase, il est préférable de prendre son temps et de prendre un peu de recul. Cela permet aussi de réfléchir sur la formulation et de passer l’information sans reproches qui permet une meilleure réception. Ne dites pas, « t’es égoïstes » mais plutôt « j’ai besoin de considération ».

De même pour les émotions positives, il faut savoir se modérer un peu selon la situation. Imaginez, vous rencontrez un ami pour un verre et il partage ces difficultés du moment avec vous. Peut-être que n’est pas le bon moment pour vous de lui parler de votre dernier super week-end, mais être dans l’écoute et dans l’empathie.

Ce qu’il faut retenir c’est à partir du moment où cela est important pour nous, nous pouvez l’exprimer. Ne posez-vous pas de question que la légitimité, elle est déjà par votre besoin. Restez néanmoins le plus possible sur des faits, sinon il y a un risque d’avoir des d’interprétations erronées et de prêter des intentions illusoires à l’autre. Si cela est flou, ne posez pas de jugement et partagez alors vos ressentis.

Comment les exprimer

Pour exprimer ces émotions, il faut comme on l’a vu juste avant un peu de tempérance. Ok, mais concrètement comment on fait ?

Ouvrez un lexique

Catherine Aimelet-Périssol, psychothérapeute et médecin, rappelle que « l’émotion est d’abord inscrite dans le corps avant de donner lieu à une représentation mentale, donc “verbalisable”. Les mentalistes le savent bien et arrivent en lisant vos gestes à deviner vont intentions avant même que vous vous en rendiez compte.

Maintenant, il existe des lexiques de mots qui racontent nos états d’âme. Je vous partage plusieurs tableaux des émotions qui vous aideront à trouver les bons mots. Utilisez ceux qui vous inspirent, sans essayer d’expliquer votre choix. Vous trouverez en pdf deux tableaux, l’un pour mieux les repérer et l’autre les exprimer.

tableau des émotions

Libérez votre corps

Pour mieux verbaliser, Olivier Luminet, psychologue, propose d’utiliser des techniques non verbales. « Les approches psychocorporelles sont d’une grande efficacité. La sophrologie est la méthode reine et incontournable dans ce domaine. La relaxation détend le corps et favorise les ressentis agréables ; les visualisations aident le sujet à comprendre ce qu’il éprouve pour mieux l’exprimer, via un état modifié de conscience.

Anticipez la somatisation

L’alexithymie a été mise en évidence lors de recherches sur les troubles psychosomatiques. « Faute de représentations mentale et verbale, le corps est surinvesti », indique Maurice Corcos. Le corps parle alors tout seul, il s’agite, il réagit. Et des symptômes sont susceptibles d’apparaître à long terme (pelade, douleurs musculaires, bruxisme). Il est important de consulter, si l’on commence à ressentir de la désolation.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut